Une carte communale est un document d’urbanisme qui permet à la commune d’organiser et de clarifier l’évolution de l’urbanisme de son territoire.

Elle permet en particulier de déterminer les zones constructibles et les zones naturelles et agricoles dans lesquelles les constructions ne sont pas autorisées.

Une commune dotée d’une carte communale peut exercer elle-même la compétence d’autorisation d’occupation du sol : la décision d’accorder un permis de construire (PC) est alors prise par le maire au nom de la commune et non par l’État.

La carte communale autorise la commune à instaurer un droit de préemption lui permettant par exemple d’acquérir le foncier nécessaire à la réalisation d’un équipement ou d’un projet public

Contrairement aux Plans Locaux d’Urbanisme (PLU), les cartes communales ne permettent pas de prescrire des règles architecturales ni des densités d’occupation (COS). Dans les zones constructibles, c’est donc le Règlement National d’Urbanisme qui s’applique.

A Liouc une carte communale a été adoptée. Elle a été approuvée par un arrêté préfectorale du 22 juin 2007. Elle a fait l’objet d’une révision en 2011 pour intégrer des zones réservées à l’implantation d’activités. Cette révision a été approuvée par un arrêté préfectoral du 14 juin 2011.

Vous pouvez consulter le document de présentation de la carte révisée en cliquant le lien suivant : carte communale de Liouc.

Vous pouvez également consulter le document graphique détaillant les différentes zones en cliquant sur le lien suivant: carte graphique.

Cette carte communale est une première mesure de sauvegarde contre le « n’importe quoi », mais elle n’est pas suffisante. En effet, elle détermine les zones constructibles, mais ne prévoit rien concernant l’organisation générale de ces zones (voiries, réseaux, assainissement). Les conséquences de l’accroissement de la population ne sont pas envisagées sous tous ses aspects (en matière d’équipement collectif, par exemple).

C’est pourquoi le conseil municipal a décidé l’étude d’un Plan Local d’Urbanisme, qui à partir d’une réflexion sur l’avenir du village à moyen terme (10 à 15 années) va permettre de planifier et de maîtriser le développement de la commune sous tous ses aspects. Cette étude fait l’objet d’une concertation avec les habitants. Voir à ce propos la rubrique « PLU ».

Comme annoncé dans le dernier bulletin municipal, l’élaboration du PLU entre dans sa phase active. Le conseil municipal a désigné le cabinet qui nous assistera tout au long du projet, il s’agit du groupement Synergies Territoriales. Nous bénéficierons également de l’appui de la Direction Départementale du Territoire et de la Mer (DDTM, ex DDE).

Au cours de sa réunion du 28 avril 2010, le comité de pilotage a défini les grands objectifs qui serviront de cadre au PLU.

Il s’agit :

  • de faire émerger les objectifs communaux en matière de développement économique, d’aménagement de l’espace, d’environnement, d’équilibre social de l’habitat, de transports, d’équipements et de services ainsi que tout autre objectif pouvant participer à l’élaboration du projet d’aménagement et de développement durable,
  • d’étudier la cohérence entre les superficies à ouvrir à l’urbanisation, les potentialités offertes par le renouvellement urbain et les objectifs de croissance démographique de la commune.
  • de recenser tous les projets publics ou privés pouvant avoir une incidence sur le développement de la ville et du territoire.

Cette phase devra être élaborée en étroite concertation avec les élus en s’alimentant également de la concertation et de l’association des personnes et services publics. Les objectifs de la commune, définis, à partir du document de présentation de la carte communale approuvée le 22 juin 2007 sont notamment les suivants :

Préserver le cadre de vie des habitants de la commune

Face à une pression foncière importante, la commune de Liouc ne souhaite pas figer le territoire communal, mais rejette un développement urbain anarchique et incohérent qui défigurerait le paysage et déprécierait le cadre de vie exceptionnel de la commune.

Lors du dernier recensement de 2009, la population de la commune s’élevait à 230 habitants. Le zonage retenu lors de l’adoption de la carte communale laissait prévoir à terme une population d’environ 400 personnes. L’objectif du conseil municipal dans le cadre du projet de PLU est de ne pas s’éloigner de cette vision.

Éviter le mitage et l’éclatement des constructions

Liouc est caractérisé par la présence de deux hameaux : le Vieux Village et la Rouvière, qui affirment l’identité de la commune. L’évolution de l’habitat doit s’organiser autour de ces deux pôles, en préservant le type d’habitat des centres anciens et en privilégiant un habitat moins dense autour de ces centres, en particulier dans les nouvelles zones qui pourront y être ouvertes à la construction. Une attention particulière doit être portée à la réhabilitation des bâtiments anciens qui caractérisent l’architecture du vieux village.

L’entrée dans le hameau de la Rouvière par la RD 208 depuis la commune de QUISSAC doit être mise en valeur. Elle donne actuellement une image peu valorisante de la commune. Il n’y a effectivement pas de front bâti structurant. Au contraire, la présence de maisons individuelles d’un seul côté du chemin départemental brouille la perception et ne témoigne en rien de l’entrée dans le hameau.

Développement de l’espace rural et préservation des espaces affectés aux activités agricoles

Les zones agricoles représentent environ 20% du territoire communal. Ces zones participent à l’activité économique, au paysage et à l’identité de la commune. Elles doivent être protégées de la pression foncière. Une réflexion doit cependant être menée sur les conséquences de la crise de la viticulture.

Protection des espaces naturels

Les espaces forestiers et naturels représentent près de 80% du territoire communal. Ils présentent un intérêt écologique et paysager particulier. Deux zones sont classées en ZNIEFF (Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique) et une en ZICO (Zone Importante pour la Conservation des Oiseaux).

Ainsi, c’est quasiment l’intégralité du territoire communal qui présente un intérêt écologique particulier, tant en ce qui concerne la faune que la flore.

adoptée par le conseil du 16 mai 2008

À l’heure où la préservation de l’environnement devient une priorité à tous les niveaux, le conseil municipal de LIOUC décide d’en faire un des axes majeurs de son action.

Le « Grenelle de l’environnement », le « développement durable », la « préservation des ressources et de l’environnement » font aujourd’hui l’objet de toutes les attentions et de fortes déclarations.

Il nous appartient de mettre toutes ces bonnes intentions en œuvre au niveau de notre village, dont l’intérêt et la richesse naturelle ont été reconnus depuis des années par l’inscription de tout ou partie de son territoire dans des inventaires nationaux et internationaux.

Cela veut dire que nombre de nos petites habitudes héritées des années passées et qui ne posaient pas de grands problèmes deviennent aujourd’hui de moins en moins acceptables.

Les réglementations concernant l’environnement sont devenues de plus en plus précises et contraignantes, dans le domaine de la construction, de la gestion des déchets de toutes sortes, de la préservation des espaces, du respect du voisinage. Il y va de l’intérêt collectif, de celui de nos enfants, de les mieux connaître pour les respecter et de les faire respecter.

Grâce aux différents travaux d’embellissement, de mise en valeur de son petit patrimoine bâti, grâce à la création du sentier « au fil de Liouc », le village est désormais un lieu de visite reconnu. Il importe de préserver et de consolider cette image.

Pourtant, sur de nombreux aspects, de gros progrès restent à effectuer. Le conseil municipal va s’employer, avec réalisme mais avec détermination, à engager cette démarche. Pour cela la bonne volonté et la collaboration de tous les habitants sont indispensables.