Situé dans la moyenne vallée du Vidourle, à proximité immédiate de Quissac (chef lieu de canton), sur l’ancienne voie romaine reliant Alès, au Nord, à Castelnau le Lez, au sud, Liouc est certainement un des plus anciens villages du Gard. Son existence est attestée dès 1108 sous le vocable de « villa leucensis ». « Villa » désignant en latin un domaine agricole, tandis que « leucensis », dérivé du mot « leuca » (pierre plate, borne) pourrait confirmer l’existence d’une borne en bordure d’un des chemins qui traversaient le village.

Aujourd’hui, Liouc, qui a vu une augmentation rapide de sa population ces dernières années (87 habitants en 1989, 123 en 1999, 163 en 2009) compte 270 habitants.

Son territoire n’est pourtant pas le moins étendu, loin s’en faut, puisqu’il couvre 964 ha (9,64 km2) qui s’étagent de 65 m au niveau du Vidourle (qui le traverse du nord au sud), à 443 m au sommet du Coutach.

La commune est composée de deux hameaux principaux, le vieux village de Liouc (vestiges des châteaux, chapelle, mairie…) et La Rouvière situé sur la RD 208 de Quissac à Brouzet les Quissac, ainsi que de mas isolés (Campagnani, Mas de Planque, Cauvessargues….). On trouve également quelques habitations dispersées à l’emplacement d’anciens mazets agricoles. C’est la Rouvière, qui concentre aujourd’hui la plus grande partie de la population.